WEBLOG JEF GEYS

‘C’EST AUJOURD’HUI DIMANCHE, TIENS MA JOLIE MAMAN VOILÀ DES ROSES BLANCHES, TOI QUI LES AIMES TANT…!’ DE JEF GEYS – CNEAI

Posted in Cneai by gvd on June 15, 2014

 

PAR SYLVIE BOULANGER ET FRANCIS MARY

DU SAMEDI 8 FÉVRIER AU DIMANCHE 22 JUIN 2014

ILE DES IMPRESSIONNISTES, 2 RUE DU BAC
78400 CHATOU +33(0)139524535 WWW.CNEAI.COM

IMG_4657presse

ikki porn

IMG_4666presse IMG_4668presse IMG_4673presse IMG_4692presse

IMG_4816presse

 

IMG_4654presse

white-space

TRAILER JEF GEYS – C’EST AUJOURD’HUI DIMANCHE, TIENS MA JOLIE MAMAN VOILÀ DES ROSES BLANCHES, TOI QUI LES AIMES TANT ! DE JEF GEYS PAR SYLVIE BOULANGER ET FRANCIS MARY

Posted in Cneai by gvd on April 16, 2014

http://vimeo.com/92135395

Le Cneai édite sept CD de sept chansons sur lesquelles Jef Geys réinterprète, fredonne, chante
ou parle sur des chansons populaires.

 

Clipboard02

main-white-space2

LUMIÈRE ET ARCHITECTURE – CENTRE NATIONAL EDITION ART IMAGE

Posted in Cneai by gvd on April 4, 2014

P1030419

 

P1030420

P1030421

main-white-space2

JEF GEYS FROM BRUSSELS TO CHATOU – CNEAI

Posted in Cneai by gvd on April 2, 2014

jef geys 1 bis jef geys 1 jef geys 2 jef geys 3 jef geys 4 jef geys 5

A short road movie by Christophe Terlinden (la sentinelle) with keymouse (Brussels) and MOREpublishers éditions (Brussels to Chatou)

main-white-space2

 

CNEAI = FESTIVAL ISLAND #5 – SAMEDI 5 ET DIMANCHE 6 AVRIL

Posted in Cneai by gvd on March 26, 2014

cneai

Fabriquez votre chaise!
Dans le cadre du Festival Island #5, 5 et 6 avril à 14:00
Atelier Do It Yourself (Maison Flottante) par Stéphane Magnin
Recherche, revoir, repenser, refaire, rejouer, revisiter
Nombre de places limitées — sur inscription : deleage@cneai.com
Prix : 50 euros par personnes

cneai =
Ile des impressionnistes
Hameau Fournaise, 2 rue du Bac, 78400 Chatou
http://www.cneai.com t.+ 33 (0) 139524535
du mercredi au dimanche de 13:00 à 18:00

main-white-space2

HART – DEUX EXPOSITIONS DE JEF GEYS A PARIS

Posted in Air de Paris, Cneai by gvd on March 11, 2014

hart

main-white-space2

JEF GEYS – CENTRE NATIONAL EDITION ART IMAGE

Posted in Cneai by gvd on February 12, 2014

C’EST AUJOURD’HUI DIMANCHE, TIENS MA JOLIE MAMAN VOILÀ DES ROSES BLANCHES TOI QUI LES AIMES TANT…! DE JEF GEYS PAR SYLVIE BOULANGER ET FRANCIS MARY
08-02-2014 till 22-06-2014
Following the exhibition KOME (May-July 2012), Cneai invites back Jef Geys to create a
multifaceted project. Jef Geys’ work that he initiated in 1947 when he was 13 years old is
ever shifting, hiding and flipping the established categories within contemporary art.
Firmly grounded in the autobiographical, often remote from any aesthetic contemplation,
his work mixes in a permanent dynamics popular culture elements and spotlights on the
mundane. Favoring « the world as a medium » and looking for a synthesis between art and
everyday life, Jef Geys is following (without ever claiming it) in the footsteps of Fluxus.
Since 1958, he makes a precise inventory of all his works that he classifies by subject, type,
year and number of items. From that archive, Jef Geys extracts the themes of his new
exhibitions as a way to constantly interrogate and reactivate autobiographical events and older
works in a new context in order to rejuvenate their meaning. For Cneai (first sequence until
March 30th) he presents several projects intertwining the official and the intimate.
Coloring book for adults
In this work initiated in the 1960’s (1963-1965) Jef Geys explores the link between the
mundanity of life and the social rules conditioning our everyday life through seven themed
plates (the world, the body, the dream, the great female figures in art, the objects, the house).
Anyone is free to redraw and recombine the world he lives in through the grid of the seven
coloring plates. For Cneai, Jef Geys presents seven new colored plates, and educational (and yet
subjective) film on the concept behind the plates and a special edition of the coloring book
specially made for the exhibition (offset printed full colors brochure, 16 pages).

Sonnabend
In this part of the exhibition, Jef Geys displays a 1966 correspondence from Sonnabend art
gallery. This reply follows the sending of a series of ten slides that he addressed the gallery to
present his photographic work on the horizon. By presenting back this work today, Jef Geys
allows himself to clarify the way things can be sometimes disturbed by a hasty judgement on
the apparent poverty of the means rather that addressing the meaning of things.

Ramatuelle
This photo series made in the 1960’s during his stays on the French riviera follows Jef Geys’
reflexion on the horizon (see Sonnabend). A letter addressed to one of the curators of they
exhibition shine a light on the autobiographical elements that gave birth to the work.

Douce France, cher pays de mon enfance [Sweet France, dearest country of my childhood]
Presented as a suspended paper roll hanging of the wall and (partially) unfurled, this document
as a « catalogue reasonable » archives not only every work produced by Jef Geys since 1947 but
also the collateral events interfering in their creation. For this exhibition, the artist highlighted
the works that were inspired by his various stays in France.

Songs
Seven songs interpreted by Jef Geys are part of the sound design of the exhibition. A Cneai
edition of seven CD’s with sleeves specially designed by Jef Geys will accompany this part of
the exhibition.

KEMPENS INFORMATIEBLAD
The exhibition is complemented by the publication of a newspaper KEMPENS INFORMATIEBLAD,
special edition CNEAI-CHATOU. This special edition also includes the ongoing exhibition at
AIR DE PARIS gallery. Rejecting the way the works of art get enshrined in exhibition
catalogues, Jef Geys publishes the KEMPENS INFORMATIEBLAD newspaper since 1971
(KEMPENS comes from the Kempen region of Flanders where the artist lives) with successive
editions accompanying his works. These papers are reporting and archiving without hierarchy
works, objects, everyday life events and stories acting like « logbooks ». They intertwine
without discriminating all the necessary elements to grasp the environnement, questions,
curiosities and works of the artist.
This exhibition, away from any militant poise try to witness the choice made by Jef Geys to not
confine the artist to a solitary retreat. His studio space is the whole world where he records
informations, observations and readings from which he tries to explain, by mean of images and
texts, his relationship with others. The history and histories behind the creation cannot be
separated from the work itself and are a major part of their significance. Without acknowledging
that fact, one only sees a feeble glow, an aesthetics glow which according to the artist « hides
much more than it reveals ». The second phase of the exhibition (April 5th – June 22nd) will
focus on the digital and TV related corpus of the artist body of work (like the use of scans in his
everyday life archival practice).

FRANCIS MARY

_JEFGEYS

JEFGEYS ramatuelle(1)

JEFGEYS sonnabend(1)

C’EST AUJOURD’HUI DIMANCHE, TIENS MA JOLIE MAMAN VOILÀ DES ROSES BLANCHES, TOI QUI

LES AIMES TANT ! DE JEF GEYS PAR SYLVIE BOULANGER ET FRANCIS MARY

DU 08-02-2014 AU 22-06-2014

Faisant suite à l’exposition KOME (mai-juillet 2012) le Cneai invite de nouveau Jef Geys à réaliser un projet qui se décline en plusieurs formats. L’œuvre de Jef Geys entamée en 1947 à l’âge de 13 ans ne cesse de se dérober, de se camoufler et de prendre à revers les catégories de l’art contemporain. Profondément arrimée dans la dimension autobiographique, en marge souvent de toute contemplation esthétique, son œuvre opère dans une dynamique constante le croisement entre culture populaire et singularisation du banal. Privilégiant le « monde comme support » et aspirant à une synthèse entre l’art et la vie, Jef Geys s’inscrit (sans le revendiquer) dans la continuité de Fluxus.

Depuis 1958, il procède à un inventaire méticuleux de toutes ses œuvres qu’il ordonne en sujet, genre, année et nombre. De cet archivage, Jef Geys extrait les thématiques de ses nouvelles expositions qui ne sont qu’une manière d’arraisonner, de réactiver des évènements autobiographiques et des œuvres anciennes dans un contexte nouveau qui en redynamise le sens. Pour le Cneai (première séquence jusqu’au 30 mars) il présente plusieurs projets mêlant étroitement les instances de l’officiel et l’histoire intime.

Album à colorier pour adultes

Dans ce travail entamé dans les années 1960 (1963-1965), Jef Geys explore au travers de sept planches thématiques (le monde, le corps, le rêve, les grandes figures féminines de l’art, les objets, la maison) le lien entre les évidences banales de la vie et les normes sociales qui conditionnent notre quotidien. Libre à chacun de redessiner et recomposer son monde vécu via les grilles des sept feuilles à colorier. Pour le Cneai, Jef Geys présente sept nouvelles planches coloriées, un film à vocation pédagogique (mais subjective) sur le pourquoi des planches et une édition de l’album à colorier spécialement conçue pour cette exposition (Brochure en offset avec impression couleur, 16 pages).

Sonnabend

Dans cette partie de l’exposition, Jef Geys restitue une correspondance de 1966 reçue de la galerie Sonnabend. Cette réponse faisait suite à l’envoi d’une série de dix diapositives adressées par l’artiste pour présenter un travail photographique sur les lignes d’horizon. En re-présentant sens.

Ramatuelle

Cet ensemble photographique réalisé dans les années 1960 lors de ses séjours sur la Côte d’Azur prolonge la réflexion de Jef Geys sur les lignes d’horizon (voir également Sonnabend). Une lettre adressée à l’un des commissaires de l’exposition resitue les éléments du contexte autobiographique qui ont généré ce travail.

Douce France, cher pays de mon enfance

Présenté sous la forme d’un rouleau de papier suspendu et déroulé (partiellement) au mur, ce document « catalogue raisonnable » recense non seulement l’ensemble des œuvres réalisées par Jef Geys depuis 1947 mais également les éléments collatéraux qui interfèrent dans leur élaboration. Pour cette exposition l’artiste a mis en évidence en surlignant d’un trait de stabilo les œuvres qui ont été inspirées par ces séjours en France.

Chansons

Sept chansons interprétées par Jef Geys constituent l’environnement sonore de cette exposition. Une édition du Cneai sous la forme de sept CD dont les pochettes ont été conçues par Jef Geys accompagne le volet de cette exposition.

KEMPENS Informatieblad

L’exposition est accompagnée de la publication d’un journal KEMPENS Informatieblad, édition spéciale CNEAI-CHATOU. A noter que cette édition spéciale intègre également l’exposition actuellement en cours à la galerie AIR DE PARIS. Refusant la sacralisation des œuvres d’art dans les catalogues d’exposition, Jef Geys édite le journal KEMPENS Informatieblad depuis 1971 (KEMPENS est la traduction de Campine, région des Flandres où il vit) dont les éditions successives accompagnent ses travaux. Ces journaux archivent sans hiérarchisation des œuvres, des objets, des évènements quotidiens et des anecdotes qui constituent de véritables « carnets de bord ». Ils entremêlent sans discrimination les éléments nécessaires à la compréhension de l’environnement, des interrogations, des curiosités et des œuvres de l’artiste.

Cette exposition, loin de tout propos militant témoigne néanmoins du choix de Jef Geys de soustraire l’artiste à une retraite solitaire. L’espace de son atelier est le monde où il recueille informations, observations et lectures à partir desquels il tente de rendre intelligible par l’assemblage d’images et de textes sa relation aux autres. L’histoire de la création et les histoires qui l’ont générée sont indissociables des œuvres elles mêmes et font partie de leur signification. Sans cette prise en compte, on n’entrevoit qu’une faible lueur, une lueur esthétique qui selon l’artiste « dissimule bien davantage qu’elle n ‘éclaircit ». Le deuxième volet de l’exposition (5 avril – 22 juin) permettra de découvrir le corpus télévisuel et numérique de sa démarche (tel que l’usage du scan dans l’archivage de pratiques quotidiennes).

Francis Mary

Jef Geys est un artiste flamand, né en 1934 à Bourg Leopold (Province de Limbourg). Il a représenté la Belgique à la Biennale de Venise en 2009. Dès les années 1950 il travaille chez lui, à Balen (Province d’Anvers), à son œuvre dont le fil rouge est un échange entre ce qui lui est personnel et l’universel. Il tient un inventaire de son œuvre, dans lequel il puise pour créer de nouveaux récits, à la fois sociaux et autobiographiques. Kempens, le nom de la région où il vit depuis toujours est aussi par extension Kempens Informatieblad, le nom du journal dans lequel il a commencé à travailler et qu’il s’est attribué depuis comme support artistique de ses propres commentaires et recherches sur son travail. Ce fut d’abord un journal local généraliste à la fin des années 1960 distribué à Balen dans lequel l’artiste mêlait aux faits divers des éléments de sa propre activité artistique (poème, graphisme…) avant de se l’attribuer comme support de médiation pour ses propres expositions. Dans les journaux Kempens, comme dans les autres œuvres de Jef Geys, la dimension privée d’un événement personnel est camouflée dans un ordre collectif. Jef Geys multiplie les expériences : travailler avec les comités de quartier, participer à l’activité d’un cabaret, exposer la pornographie, diriger un parti, participer aux grèves de Balen, travailler sur le langage populaire, mélanger les notions d’art mineur et d’art majeur… Autant d’expériences qui visent aussi à inscrire dans une puissance du quotidien ce que l’institution, le sens commun et le pouvoir ont tendance à marginaliser.

Sylvie Boulanger dirige le Cneai depuis 1997. Elle a été commissaire d’une centaine d’expositions, a publié plus de soixante-dix ouvrages (livres d’artistes, revues, catalogues) et produit quelques documentaires. Elle est chercheur associée de plusieurs laboratoires de recherche, contribue à des revues scientifiques comme la revue Multitudes et donne des conférences dans des écoles d’art et universités. Elle a fondé l’agence de production APC (Art Public Contemporain) qu’elle a dirigé pendant dix ans après avoir été directrice adjointe « exposition et communication » à la délégation aux arts plastiques du ministère de la Culture.

Francis Mary est éditeur et commissaire d’exposition indépendant. De 1999 à 2003 : éditions smallnoise en collaboration avec François Curlet, André Magnin et Caroline Vermeulen. À partir de 2004: éditions keymouse ; commissariat d’expositions récent : Jef Geys, KOME (Œuvres d’art en plusieurs exemplaires) – co-commissaire Virginie Devillez, Musées Royaux des beaux-arts de Belgique, KOME, mai/juillet 2012, Jef Geys, KOME, co-commissaire Sylvie Boulanger, Cneai, Chatou, sept 2012/janvier 2013; Florence Doléac, Just what is it that makes today’s homes so different, so appealing – galerie Aliceday, Bruxelles, avril/mai 2012. Ouverture vitrine-galerie keymouse/JAP à partir de juillet 2012 dédiée à la présentation des nouvelles éditions et de micro-expositions dont “various small sculptures” (17 avril-15 mai 2013).